Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Perfidia

Publié le par Virginie

Voici mon premier Ellroy!

Ce tout dernier livre est en fait le prélude au quatuor de Los Angeles, qui réunit le Dahlia Noir, le grand nulle part, L.A. Confidentiel et White jazz. On y retrouve les personnages plus jeunes à l'époque du début de la seconde guerre mondiale. L'histoire se passe en effet au moment où Pearl Harbor s'est fait attaquer.

On suit donc une enquête policière : une famille de japonais est retrouvée assassinée sous le masque d'un suicide. Cette découverte est faite la veille de l'attaque de Pearl Harbor. L'ambiance est très anti "Japs."

Les textes d'Ellroy sont difficiles, d'une part parce qu'il y a énormément de personnages (Hideo Ashida, Dudley Smith, Kay Lake, William H. Parker pour les principaux), et d'autre part parce qu'il s'agit de récits historiques particulièrement bien documentés.

Que dire de ce livre?

L'enquête policière n'est là qu'en second plan. Les psychologies des personnages et les anecdotes historiques y tiennent une place bien plus importantes.

Le vocabulaire de Ellroy est franchement cru voir dérangeant. Bien qu'il faille se remettre dans le contexte des années 40, les propos des personnages sont la plupart du temps ou sexistes ou racistes ou carrément vulgaires.

Les personnages du livres se mêlent aux véritables personnages de l'histoire : des politiciens, des artistes..., ce qui donne au texte une impression de véracité historique.

Les personnages féminins ont une grande importance même s'ils restent en retrait des hommes. Claire de Haven est la politicienne convaincue, Bette Davis est la femme inaccessible et Kay Lake est celle qui ne recule devant aucun danger.

La police est montrée sous son plus mauvais jour : excès de zèle, corruption, violences sur les minorités.

Il n'y a pas de bons ou de mauvais personnages, ils ont tous une très grosse part d'ombre mais quelques moments nous les rendent plus humains. La plupart sont des personnages sans honneur. Il n'y a pas de héros.

En conclusion, même si l'écriture est relativement lourde et que la lecture s'en trouve moins rapide, le livre se lit bien. Même s'ils sont nombreux, on s'attache ou on déteste les personnages. En aucun cas ils ne peuvent nous laisser indifférents. J'en ai apprécié la lecture mais c'est un livre qu'il faut avoir envie de lire pour ne pas être désarçonné par la longueur et par le contexte historique ultra présent.

Une découverte d'auteur que je souhaite renouveler en lisant le Dahlia noir.

Perfidia : Ellroy : Rivages

Perfidia : Ellroy : Rivages

Commenter cet article